Créer un site internet

Chapitre 3

 

 

 

Chapitre 3

La malédiction

           

 

Au bout du sentier boisé se trouvaient une petite auberge et une maisonnette. Roze décida d’y entrer, après avoir indiqué à ses amis de rester à l’extérieur.

Elle en profita pour commander une boisson et remarqua un vendeur ambulant en train de se restaurer à une table plus loin.

Elle prit son verre et alla s’installer près de lui. Sans attendre, il déballa son lot de marchandise en tout genre.

L’aventurière lui acheta des provisions et un bracelet argenté qui lui avait tapé dans l’œil.

Après avoir tout payé, la femme ressortit de l’auberge, et donna à manger aux deux bêtes.

Alors qu’ils mangeaient, elle sortit le bijou se sa poche et l’attacha à la patte avant de Yasuo.

« Tiens, cadeau. » Lui dit-elle avec un sourire.

Il semblait heureux de recevoir un présent, et regarda la femme dans les yeux quelques instants, comme pour lui dire merci.

Roze observa son regard, il était vert pâle et traduisait une grande expression de tristesse. Cette couleur ressortait très bien de ses écailles, qui elles étaient d’un vert plus foncé. Il la regardait aussi, plongé dans le marron orange de ses yeux, qui ressemblait à un coucher de soleil. Il la fixait, comme s’il essayait de lui parler.

« Si seulement tu pouvais parler, me raconter ton histoire. » Lui souffla-t-elle en lui caressant la tête.

Finalement, elle se releva, motivée à explorer encore un peu les environs.

 « Allez viens, continuons notre route, ô grand dragon de la légende ! » plaisanta-t-elle.

Le chemin partait en descendant, et au loin par-delà les quelques arbres, on pouvait entrapercevoir une falaise.

Alors qu’il avançait, le trio entendit les cris de détresse d’une femme âgée.

Sans hésiter, Roze se précipita vers elle pour lui demander ce qui n’allait pas.

« Ce sont les trolls, ils ont emporté ma petite fille dans leur grotte pour la manger ! Annonça la vieille dame.

-Ne paniquez pas, nous allons aller la chercher. Où est la grotte ? Demanda l’aventurière.

-Juste là-bas ! » Indiqua la dame en montrant du doigt une direction.

La vieille femme était tellement dévastée qu’elle n’avait prêté aucune attention au dragon.

Sans perdre une minute de plus, les trois acolytes se précipitèrent vers l’entrée de la caverne de pierre où était retenue la petite fille.

« Au fait Yasuo, tu sais cracher du feu ? » Demanda la jeune fille tout en continuant d’avancer.

Le dragonnet lui fit comprendre que non en crachant une petite fumée noire ridicule.

« Décidément, tu ne sais pas voler, pas cracher de feu, mon pauvre. Les légendes sont souvent déformées, pas vrai ? »

Alors qu’ils progressaient, on pouvait déjà entendre les rires des gobelins qui résonnaient.

« Bon, vous restez derrière moi et surtout, pas de cris, pas d’aboiement, OK ? On ne doit pas se faire repérer ! » Expliqua l’aventurière à ses amis en chuchotant. Bien qu’elle ne soit pas sure qu’ils aient compris tous les deux.

La jeune femme continua son chemin lentement et scruta les environs discrètement. À première vue, la grotte semblait comporter plusieurs couloirs dont certains étaient gardés par des créatures gobelin.

Il y une avait voie qui semblait libre, et la jeune femme commençait à entendre l’enfant pleurer au loin.

En se retournant pour prévenir ses compagnons que la petite se trouvait près d’ici, elle eut la mauvaise surprise de voir qu’un gobelin arrivait derrière eux en courant, hache en main prêt à donner l’alerte. Il fallait réagir immédiatement, mais sur le coup de la surprise, Roze n’eut pas le temps de dégainer.

Yasuo prit alors son courage à deux mains et bondit sur l’ennemi pour lui trancher la gorge avec ses griffes.

Le problème semblait réglé.

L’aventurière félicita son compagnon avant de se concentrer de nouveau.

Roze et ses deux amis continuèrent de longer le couloir. Au bout, une petite fille brune dans une cage, près d’une grosse marmite sur un feu, et surtout deux énormes gobelins en guise de gardes.

Le trio observait la scène, caché derrière un rocher.

« Bon les gars, il faut leur sauter dessus avant qu’ils ne puissent donner l’alerte, Yasuo, il va falloir faire comme tu as fait tout à l’heure, tu prends celui de gauche, et moi celui de droite. »

Les deux gobelins discutaient :

« Pas assez à manger sur petite fille ! Nous aurait dû prendre grand-mère !

-Toi fou ! Viande de grand-mère pas bon ! lui répondit le deuxième.

Roze ne put retenir son rire.

-Toi avoir entendu ? » Demanda le premier monstre au deuxième, mais il ne reçut pas de réponse.

En effet, le deuxième était déjà par terre et derrière son cadavre, se tenait la silhouette de la jeune fille avec son épée à la main.

Elle arborait un sourire sadique qui fit perdre son sang-froid à la créature gobelin.

Il tenta de bondir sur la fille avec sa hache, mais tomba soudainement à la renverse. Yasuo s’était servi de sa queue pour le faire chuter, ce qui lui fit par la même occasion lâcher son arme. Celle-ci vola et lui retomba directement sur la gorge, il mourut sur le coup.

La petite fille observait la scène depuis sa cage, à la fois effrayée et rassurée de voir un autre être humain.

« Nous allons te sortir de là. » Lui dit l’aventurière.

Elle fouilla les poches des gobelins à terre et y trouva une grosse clé, qu’elle utilisa pour ouvrir la porte en fer qui retenait l’enfant.

 « Il y a un autre monstre derrière vous ! Cria la petite fille un peu effrayée en voyant Yasuo.

- Non, ce n’est pas un monstre, regarde, il n’a pas mangé le chien. C’est mon ami, il est gentil. Lui répondit Roze d’un ton rassurant.

-Ah bon ? Il vous l’a dit ? Questionna la fillette.

-Non, mais je le sais. » Dis la jeune femme en adressant un sourire à son compagnon écailleux.

Puis ils repartirent tous les quatre le plus discrètement possible, car il restait encore des gobelins dans les autres couloirs.

Une fois à l’air libre, la petite fille lâcha la main de sa bienfaitrice pour courir vers sa grand-mère les bras tendus.

Roze admira les retrouvailles émouvantes quelques instants avant de les saluer et de reprendre sa route.

La petite fille et la vieille dame n’avaient cessé de les remercier jusqu’à ce qu’elles soient trop loin pour être entendues.

Après avoir marché un moment, les trois amis arrivèrent au bord d’une falaise. Il était impossible d’aller plus loin.

Roze s’arrêta un instant et inspira profondément. Elle ne savait pas quoi faire pour aider Yasuo, et cela l’attristait énormément.

« Attention à ne pas tomber. » Lança une voix que Roze connaissait.

Cette phrase, elle l’avait aussi entendu un jour plus tôt. Elle se retourna et ne fut pas surprise de voir Taurnil.

« Comment as-tu fait pour capturer ce dragon ? Lui demanda-t-il en fronçant les sourcils.

-Je ne l’ai pas capturé, c’est mon ami ! Lui répondit la jeune femme en colère.

-Ça n’aurait pas dû se passer comme ça, le dragon devait être à moi ! Tu imagines le potentiel que pourrait avoir ce dragon ? Le dresser, le faire devenir une bête féroce, tu réalises le pouvoir que je pourrais avoir ?

-Ce dragon n’appartient à personne ! Tu es complètement fou !

- Moi fou ? » Continua Taurnil tout en se mettant à marcher vers la fille.

Une fois devant elle, il reprit en hurlant :

« C’est toi qui es folle de t’être mise en travers de mon chemin ! »

Aussitôt, il la poussa violemment dans le vide. L’aventurière tomba en arrière, Yasuo et le chien tentèrent de la retenir, mais tombèrent finalement avec elle.

Durant la chute, Roze regarda vers le bas, et observa avec soulagement qu’ils n’allaient pas s’écraser avec violence sur le sol, mais plonger dans un lac.

Yasuo tentait de battre des ailes de toutes ses forces, mais il ne parvenait pas à voler, comme s’il n’avait jamais appris, comme un oisillon qu’on aurait laissé tomber du nid.

Finalement, la jeune femme, le chien et le dragon plongèrent dans le lac à une vitesse fulgurante.

Toujours dans le l’eau et légèrement sonnée par l’impact, Roze voyait flou, puis une lumière blanche l’aveugla.

Elle se réveilla sur le bord de la rive, trempée jusqu’aux os. Le chien lui léchait l’oreille pour la ressaisir.

L’aventurière le caressa malgré sa mauvaise odeur de chien mouillé, puis en regardant autour d’elle, ne vit pas de dragon.

Elle se releva subitement et se précipita dans le lac, persuadé que son ami s’y trouvait encore. L’idée qu’il puisse s’être noyé l’horrifiait.

« Je suis là ! » Annonça une voix fébrile.

Sur la terre ferme, un jeune homme fort mince aux cheveux châtain clair se tenait debout.

« Qui êtes-vous, qu’avez-vous fait du dragon ?! » Lui demanda l’aventurière furieuse.

Il ne répondit pas, alors elle sortit de l’eau pour s’approcher de lui. Il était également trempé, et deux détails interpelèrent la jeune femme.

Ce garçon avait de grands yeux verts pale, et il portait un bracelet en argent, le même qu’elle avait offert à son ami.

Elle comprit alors que cette personne était Yasuo, son ami. Les choses commençaient à s’éclaircir, cet homme était un humain victime d’une malédiction.

« Yasuo, c’est... c’est toi ? Bafouilla la jeune aventurière.

-Oui c’est moi. Répondit-il timide.

-Mais comment est-ce possible ?

-Une magicienne m’a maudit, mais c’était en partie ma faute.

-Viens allons chez moi, pour que tu puisses me raconter tout ça au chaud. »

La jeune femme prit le chemin qui menait vers son village, suivit de près par Yasuo et le chien.

Une fois arrivé là-bas, le canidé courut vers sa jeune maitresse qui était heureuse de le revoir, et infiniment reconnaissante.

Grâce à Roze, son animal lui était revenu, et il avait pris un bain par la même occasion. Cette boule de poil lui manquera presque.

Une fois arrivée chez elle avec son nouvel ami, l’aventurière alluma un feu et alla chercher des serviettes pour s’installer devant la cheminée avec du thé bien chaud.

Alors Yasuo commença à lui expliquer qu’un jour de son adolescence, lassé d’être malmené et moqué par ses camarades, il s’est rendu dans le village de Pénombra dans le but d’aller demander à une sorcière qui y vivait de le transformer en un redoutable dragon afin qu’il puisse se venger et tous les anéantir.

La femme qu’il prenait pour une sorcière maléfique était en réalité une magicienne, qui décida de lui donner une leçon pour avoir laissé sa haine le guider.

Elle le transforma en dragon, mais pas celui qu’il aurait voulu être.

Il était devenu un petit dragonnet, ne sachant ni voler ni cracher du feu.

Avec le temps, l’histoire se propagea, et les années aidant, elle fut déformée de nombreuses manières.

La magicienne lui avait dit qu’il guérirait de ce maléfice quand une personne viendrait pour lui, pour le sauver et purifier son cœur noirci par la haine.

Yasuo était heureux d’annoncer à Roze que cette personne, c’était elle.

Elle était venue pour lui, ne l’avait pas jugé. Elle est restée avec lui et voulait sincèrement l’aider.

Il a ainsi pu faire la connaissance d’une belle personne courageuse prête à aider les autres sans condition.

Quelque temps après, Roze est allée chez Chris pour lui raconter cette aventure, et il a décidé d’aider son ami pour qu’il puisse s’installer dans une petite maison au sein du village. Une nouvelle vie s’offrait à lui.

***

Chapitre 3

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×